L’horreur D’hermès En Vidéo : Des Reptiles Vivants Découpés À La Scie Dans L’élevage D’un Fournisseur

 

 

24 juin 2015

 

L’horreur D’hermès En Vidéo : Des Reptiles Vivants Découpés À La Scie Dans L’élevage D’un Fournisseur

Un exposé de PETA US montre les conditions misérables et la mort atroce des reptiles qui sont transformés en sacs de « luxe » Birkin ou en bracelets de montre

Luxembourg  – Un nouveau exposé de PETA US sur des élevages fournissant les peaux de crocodile et d’alligator aux tanneries appartenant à Hermès, pour fabriquer des sacs Birkin vendus à plus de 37.000 € ou des bracelets à 1.700 €, dévoilent des conditions ignobles et des infractions présumées des lois d’état et fédérale dans un élevage d’alligators du Texas. Les reptiles sont piégés dans des fosses lugubres où ils sont entassés, et dans l’élevage du Texas, se font scier le cou, certains bougeant encore pendant plusieurs minutes après avoir été attaqués au couteau ou au cutter dans un élan d’abattage barbare. Les images, disponibles ici, ont poussé PETA US à demander à Hermès de cesser la fabrication et la vente de produits en peaux exotiques, dont ces animaux sauvages paient le prix astronomique.

Ces actes de cruauté envers des animaux, apparemment illégaux, ont été filmés par un enquêteur dans l’élevage Lone Star Alligator Farms à Winnie, au Texas, où les employés ont tiré dans la tête des alligators, parfois à plusieurs reprises, avec un pistolet d’abattage et leur ont scié le cou avec un cutter pour sectionner leurs artères. Certains animaux survivaient et étaient vus en train de bouger encore dans les récipients d’eau glacés plusieurs minutes après. Lorsque le pistolet d’abattage semblait mal fonctionner,  le responsable de l’établissement a donné pour instruction aux employés de découper des centaines d’alligators conscients et d’essayer de disloquer leurs vertèbres, puis d’enfoncer un bâton en métal dans leur colonne vertébrale afin de mouliner leur cervelle. Le responsable désignait les alligators en les appelant « bracelets de montre », puisqu’une partie de leur peau sont utilisées pour fabriquer les bracelets de « luxe » des montres Hermès.

Des images tournées par des enquêteurs de PETA US à Kariba au Zimbabwe, dans les élevages de crocodiles de Padenga Holdings, fournissant la peau des sacs Birkin, montrent des fosses bétonnées toutes remplies d’environ 220 crocodiles. Padenga dirige l’un des plus importants parcs d’élevage au monde de crocodiles du Nile, et, avec 43.000 animaux abattus en 2014 seulement, représente presque 85 % de la production totale de peaux de crocodiles du Nil destinées à la mode de luxe. Le directeur des opérations de Padenga dit que le marché des sacs de « luxe » a la peau dure. Padenga détient également 50 pour cent du business texan.

« Les révélations de PETA sur les fournisseurs d’Hermès montrent que chaque bracelet de montre ou chaque sac Birkin est la trace qu’un être vivant et sensible a enduré une vie misérable et une mort atroce », déclare Isabelle Goetz, porte-parole de PETA France. « Des gens paient des milliers d’euros pour ces accessoires, mais ce sont les reptiles de ces élevages intensifs cruels et répugnants qui en paient le vrai prix. »

Une version de la vidéo en qualité de diffusion est téléchargeable ici et des photos sont disponibles ici. Pour plus d’information, allez sur PETAFrance.com.